"Une idée simple devenue une belle idée !"
Jackott Sarrazin

Le 24 janvier, Vincent Laubert, paysan et éleveur de vaches dans le Haut Doubs, invite trois étudiants à passer une fin de semaine à la ferme. Il a été très touché par un article de presse qui présente la détresse et la solitude de certains étudiants qui sont “encagés” dans les petits studios de dix mètres carrés en ville ou dans des cités universitaires sans plus aucune vie.

 

Le 8 février, Loïc Thirion, producteur de fromage à pâte filée de Nivillac, dans le Morbihan, contacte Vincent Laubert pour lui proposer de créer un groupe Facebook pour répertorier toutes les propositions d’accueil et ainsi faciliter le contact entre les accueillants et les étudiants.

 

Après une semaine, sous une pluie de propositions provenant de toute la France, la décision est prise de créer un groupe Facebook pour chacune des régions. Cela permettra de faciliter la logistique des contacts entre les accueillant.e.s et les étudiant.e.s.

En quelques heures, après la création des groupes régionaux et nos publications de demande d’aide de modératrices et modérateurs bénévoles, nous avions au moins deux à trois volontaires par groupe. Elles et ils se sont investi.e.s tout de suite dans une activité frénétique de défense des groupes face aux publications malveillantes, et pour divulguer l’existence des groupes et de l’initiative auprès des étudiant.e.s. .

 

Le 13 février, un hashtag #boldairetudiant est créé pour le réseau Instagram et pour Twitter. Les premiers journalistes contactent les administrateurs et les premiers articles de presse apparaissent alors que les premières radio à diffusion nationale se précipitent pour relayer l’information de “l’initiative citoyenne” (France Info). 

 

Nous sommes, modératrices, modérateurs, administratrices et administrateurs bluffé.e.s par cet engagement de la part de tout le monde !

Comment ça marche ?

Les accueillants publient leurs propositions d’accueil, l’étudiant.e. intéressé.e. envoie un message privé et laisse un commentaire sous la publication pour avertir que le message a été envoyé. (Les messages sans « amitié » Facebook sont un peu cachés).
Les deux parties se mettent d’accord (dates et autres…).
L’une ou les deux parties publient ou commentent à la fin du bol d’air pour mettre au courant les administrateurs et les modérateurs (seul moyen pour que nous soyons informé d’un bol d’air « pris »).

Vous pouvez aussi vous inscrire ici sur le site pour devenir membre et participer avec les autres membres
ou utiliser le formulaire pour votre proposition d’accueil.

Les liens (Facebook) vers les groupes régionaux :